Pourquoi les GAV démissionnent-ils aussi vite?

Bonjour, en parcourant le site, je me rends compte qu il y a quand même pas mal de personnes demandant la marche à suivre pour démissionner. Souvent, ces personnes sont en poste depuis quelques mois à peine.
Je suppose qu’ il y a sûrement des raisons personnelles, mais les autres raisons, quelles sont elles?
Les horaires, l ambiance entre collègues, le fait d être confronté à la misère, à la violence?Le fait de se retrouver loin de sa région, de sa famille?
J aimerais savoir quelles sont les raisons les plus données, les plus avancées.
Merci à vous pour votre contribution

Avec le mot clé démission tu peux trouver des réponses à ta question dans plusieurs sujets :
https://forum.gcommegendarme.fr/search?q=d%C3%A9mission

Je le sais mais justemsnt il y en a un peu partout. Le but de ce post est justement de regrouper les raisons et voir si des tendances sortent du lot.

Ça par contre, ça dépendra de chacun, car souvent les raisons sont personnelles, à cause d’un mal être ou d’une certaine prise de conscience.
Et puis tous les membres du forum ne veulent pas exposer leurs raisons :woman_shrugging:t2:

1 « J'aime »

La plupart du temps c’est raisons personnelles, éloignement géographique, incompatibilité avec la Gendarmerie, problèmes avec la hiérarchie ou les camarades…
La Gendarmerie mélange un peu les problèmes que peut rencontrer un militaire ou n’importe quel salarié.

1 « J'aime »

Je pense que beaucoup de personnes démissionnent pour des raisons personnelles et ne souhaite pas forcément s’exposer sur ce sujet car cela les regardent prioritairement. Et de toute manière si les raisons étaient professionnelles, chaque personnes auraient une perception différentes de la chose et de la raison.
Mais tant mieux si tu trouves des personnes qui veulent en parler ou témoigner que cela soit personnelles ou professionnelles

2 « J'aime »

En unité j’ai vu deux collègues féminines démissionner quelques semaines après leur arrivée, à tel point que des doutes se faisaient naturellement.

Ayant pu discuter avec elles, il s’averait surtout qu’elles se faisaient une autre idée du job de GAV. En l’occurence elles n’avaient pas pris en compte le fait que le GAV peut être amené à faire des tâches qui ne sont pas celles qui nous viennent à l’esprit quand on nous parle de « gendarme » : faire le café, sortir les poubelles, faire le ménage, trier des archives, répondre au téléphone, laver les véhicules…

Certes, le job de GAV n’est pas composé que de ça, mais il ne faut pas oublier que cela en fait partie. Il n’y a pas que des patrouilles et de l’inter en brigade. Il y a aussi des choses moins intéressantes.

5 « J'aime »

Ce n’est qu’une hypothèse mais je dirais que le statut de GAV est justement fait pour « essayer » la gendarmerie. En effet la formation est plutôt raccourcie et le statut assez précaire. Une période d’essai de quelques mois puis un engagement de moins de 5 ans… La formation n’est pas extrêmement dur, il n’y a pas vraiment de sélection. Tous types de personnes peuvent devenir GAV sans être vraiment motivés ou renseignés et il est donc normal que ces personnes changent d’avis assez rapidement. A l’inverse la formation SOG est beaucoup plus poussée. Pour passer le concours et l’année de formation il faut être très motivé; ce qui pour moi explique le fait qu’il y ait beaucoup moins de démissions rapides par la suite.

6 « J'aime »

Vos réponses sont toutes plus intéressantes les unes que les autres. Elles vont peut être permettre à certains qui n arrêtent pas entre les lol j ai trop hâte, ça me tarde trop, j en peux plus d’attendre et j’en passe, se rendre compte comme le dit si bien Sébastien que les gendarmes ne sont pas toujours sur la brèche à courir après les voleurs et à démanteler les trafics de drogue et que les GAV peuvent se retrouver à faire des tâches assez ingrates du genre tondre la pelouse ou vider les poubelles !
Peut être que ce post va permettre à certains de revoir comme il faut leurs motivations et se rendre compte de la réalité du métier et ses vicissitudes.

7 « J'aime »

De mon point de vue et d’après ce que je penses, je pars du principe que dès le début de la formation, on peut répartir les élèves en deux catégories. Ceux qui ont de la détermination et de la motivation et ceux qui sont là pour se donner un « titre », chercher le respect et l’autorité.
Car oui, aujourd’hui, je trouve que les tests de sélections sont facilement abordables et donc beaucoup de personnes y ont accès.
Le fictif des films peut être bien loin de la réalité et malheureusement, très peu de personnes se renseigne sur le métier avec des approfondissements.
Je ne remets pas en cause les démissions de chacun pour diverses raisons mais ces petites tâches peuvent faire parti du métier que l’on accepte ou non.
Et puis pour ne pas faire peur à toutes personnes voulant faire ce métier, chaque brigade est bien différente, vous ne ferez pas les mêmes actions, ni les mêmes tâches :slight_smile:

2 « J'aime »

Vous savez pourquoi le statut de gendarme adjoint existe ?
Il remplace le statut de « gendarme auxiliaire ».
À l’époque du service militaire, les gendarmes auxiliaires étaient ceux qui exerçaient leur service militaire en gendarmerie. Donc par défaut, il n’y avait pas de sélection :wink:

3 « J'aime »

Premiers gendarmes auxiliaire en 1971, remplacés par les GAV depuis la suspension du service militaire

5 « J'aime »

Je vois que certains ont révisé !

1 « J'aime »

2 « J'aime »

Personnellement je suis GAV dans une brigade de proximité depuis 4 mois et je ne fais pas plus souvent le café que mon commandant de brigade ni même passer le balai plus souvent que mes collègues sous-off’. J’ai vraiment l’impression de faire le même travail qu’eux. J’ai des (petites) procédures à traiter, j’apprends à faire des auditions, patrouilles,…J’ai peut-être de la chance mais ils me considèrent vraiment comme eux.

9 « J'aime »

Et oui, cette année nous faitons le cinquantenaire des premiers GA. Nous allons honnorer les GA tomber en service pour la France. Je confirme l’affirmation de Sebastien. Les GA étaient tous volontaires pour faire leur service en Gendarmerie et c’était 24 mois maximum. Bien sur à notre arrivé en unité , les premières taches étaient les corvées. En BT c’était le lundi matin puis sport. Merci Sebastien pour ce rappel.

1 « J'aime »

D’ailleurs il semblerait qu’avec le Covid certains puissent prolonger leur contrat encore un peu.

GAV c’est vraiment le meilleur moyen de savoir si ça te convient ou pas. Ensuite je pense que tu peux tomber effectivement dans un brigade ou un PSIG qui s’occupe super bien de toi et là le métier est intéressant et tu poursuis en Sog. Soit tu tombes mal et là tu te poses évidemment des questions si ta motivation n’est pas assez solide. Tu peux trouver aussi le métier difficile psychologiquement car c’est un métier qui confronte la misère, la mort, les violences familiales. Il faut être capable de prendre le recul nécessaire pour ne pas subir.Mais c’est vraiment un bon tremplin pour faire carrière dans la gendarmerie et ça permet de savoir rapidement si tu es fait pour ça ou pas.

6 « J'aime »

WoW, c’est pas avec un raisonnement comme ça que tu vas faire avancer le schmilblick.

Si c’est pour publier d’autres messages comme ça, franchement, abstiens-toi.

6 « J'aime »

Je suis d’accord dans le fond du message… Il faut savoir s’adapter à l’institution et les petites tâches du quotidien sont aussi importantes que les grosses missions… Pour le bien-être de tous !
Mais il y a une manière de la dire, surtout quand on a roulé sa bosse 23 ans dans l’institution hein ! :wink:

On oublie pas les valeurs de notre institution m’dame : Honneur, Patrie, Humilité et surtout Exemplarité :smile:

1 « J'aime »