Modalités de passage en sous-officier de réserve après PMG (profil de juriste BAC+5)

Bonjour à tous,

Veuillez m’excuser si la question a d’ores et déjà été postée mais je ne l’ai pas trouvée au regard des mon profil « particulier » (bien que j’ai conscience que chacun l’est à sa manière).

J’ai 29 ans et je suis juriste après un BAC+5 (M2 d’université). J’ajoute qu’il m’arrive de faire de la procédure pénale dans le cadre de mon exercice professionnel. J’envisage d’entrer dans la réserve opérationnelle de gendarmerie après m’y être intéressée sur le tard. Cet univers me plaît de plus en plus et j’ai envie de me rendre davantage utile aux autres et à mon pays. C’est pourquoi je me renseigne autant que je le peux sur le métier de gendarme.

Compte tenu de mon profil et de mon bagage universitaire, on m’a suggéré que je pourrais prétendre aux grades de sous-officier (voire d’officier, mais cela me semble bien plus complexe et difficile d’accès).

Mes questions sont les suivantes :
si je postule pour faire ma PMG en 2022 (les candidatures 2021 sont closes dans mon département, Paris), et que je l’effectue sans encombre, est-ce qu’il me serait possible de devenir sous-officier de réserve ?
Je comprends a priori que le concours SOG 2 me serait ouvert, en tant que qualifié à la PMG. Mais est-ce la seule voie, hormis l’ancienneté ?
Et cela signifie-t-il que je devrais suivre une formation spécifique, y compris si je souhaite uniquement être SOG de réserve opérationnelle ?

J’ai cru également comprendre que la PMSG était rare et réservée à très peu d’élus. Dans quelle mesure est-ce le cas, à Paris par exemple ?
En d’autres termes, quelles sont les possibilités pour un profil comme le mien de devenir sous-officier de RO rapidement, voire officier de RO ?

Je pèche par ignorance et vous remercie pour vos conseils sur ce sujet…

Oui, tout comme une personne ayant obtenu un CAP par exemple.

Non, il faut être réserviste, pas seulement admis (si on considère que qualifié signifie admis).

Le réserviste pouvant passer le SOG2 sans ancienneté, je ne vois pas de quoi tu parles.

Il n’y a ni concours ni formation supplémentaire pour devenir sous-off de réserve.

La PMSG n’existe plus depuis pas mal d’années.

Une seule solution, montrer du travail bien fait, un bon comportement et une aptitude à l’encadrement.
Pour passer officier de réserve il y a le PEOR sur 1 mois, seulement ~30 par an au niveau national.

Il faudra de toute façon passer par la PMG/FORT et devenir GA2, que l’on soit docteur ou déscolarisé.

3 « J'aime »

En école sous-officier (d’active) il y a énormément de profils différents. Tes études te seront forcément utiles mais tu verra que certains avec « seulement » un bac voire sans mais en étant passé par GAV sont tout aussi bon.

Ton bac+5 te permet uniquement de pouvoir passer le concours officier par rapport à ceux qui ont une formation courte. Si tu rentres en école sous off tu auras le même parcours que tout le monde quelque soit ton origine scolaire ou professionnel.

2 « J'aime »

Bonjour à tous les deux et merci beaucoup pour vos réponses.

Pour te répondre, Tic, j’entendais « qualifié à la PMG » comme ayant signé un ESR après PMG, par abus de langage. Je vais préciser ma question : peut-on devenir sous-officier de réserve opérationnelle autrement qu’en passant le SOG 2 (ou 1) s’il te plaît ? Par exemple, peut-on le devenir par l’ancienneté (et sous réserve d’une bonne évaluation, évidemment) ?

Effectivement, la PMSG a été supprimée. Je crois que le site du ministère de l’Intérieur (et d’autres) m’a induit en erreur sur ce point.
Le PEOR est-il la seule voie d’accès pour devenir officier de réserve opérationnelle ? Sur quels critères sont sélectionnés les participants au PEOR s’il vous plaît ? Quel âge moyen ont-ils ? Sont-ils tous sous-officier ? Autrement dit, existe-il des profils similaires au mien, ou cette sélection s’y est-elle montrée « allergique » ?

À la lecture de vos réponses, j’ai l’impression que vous considérez que j’ai nécessairement lié le fait d’être un bon gendarme, sous-officier ou officier avec le niveau d’étude. Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, je préfère préciser que ce n’est évidemment pas le cas, et que je faisais uniquement référence à l’éligibilité aux concours, d’une part, et à la prise en compte des connaissances acquises afin de les valoriser dans le cadre de son affectation, d’autre part… Si ce n’est qu’une fausse impression, autant pour moi.

Le concours SOG c’est pour entrer dans l’active, en réserve il n’est pas requis pour devenir sous-officier.
Pas mal de sous-officiers et d’officiers n’ont jamais été d’active.

Non, sinon il faut avoir été officier d’active ou de réserve dans la Gendarmerie ou dans les armées.
(Par le sang c’est autre chose, je me demande d’ailleurs si ça existe toujours. :sweat_smile:)

Volontariat, puis sélection au niveau départemental et national sur l’aptitude générale et l’aptitude à commander.

Tous les âges.

Théoriquement il n’est pas nécessaire d’avoir été sous-officier, mais il est difficile d’évaluer l’aptitude à commander d’un MDR.

Je ne considère rien, j’explique juste comment ça fonctionne.
Je comprends que l’on cherche à connaître les opportunités proposées.

Une expérience juridique, notamment dans le droit pénal et dans la procédure pénale, sera toujours utile, GA2 comme Général.

Mais une fois tous les critères réunis et évalués, rien n’empêche de monter vite en grade.

Il ne faut pas oublier la disponibilité, 10 jours de réserve par an c’est compliqué de faire bonne impression à mon avis.

2 « J'aime »

Merci à toi pour ces informations :+1:
J’ai déjà une idée un peu plus précise de ce qu’il est possible de faire :wink:
Si d’autres personnes ont un retour sur le PEOR (ou sur l’avancement en sous-officier de RO), qu’elles n’hésitent pas à en faire part ici.

Effectivement, 10 jours c’est bien peu. A priori, il est possible de faire maximum 30 jours par an (sauf circonstances exceptionnelles) ? Ce qui reste peu, mais ce qui est déjà mieux.

1 « J'aime »

Non aucunement. J’ai le même profil mais pour valoriser tes diplômes tu n’as que le concours d’officier. Une fois sous-officier en brigade il faut faire ses preuves comme tout le monde, il n’y a pas vraiment de valorisation des diplômes. Par contre il te serviront forcément quand tu feras de la procédure et donc tu seras probablement opérationnel un peu plus vite que quelqu’un sans bagage juridique (avec de la motivation et de l’investissement bien sûr).
De même, lors du passage de l’OPJ tu apprendras plus vite puisque pour certaines notions ce sera des révisions pour toi.

Après c’est vrai que des retours que j’ai eu les CB apprécie les profils un peu plus âgés qui ont déjà une expérience professionnelle mais ça ne dispense pas de faire ses preuves, tu seras attendus au tournant :slightly_smiling_face:

2 « J'aime »

La limite est plutôt de 90/120 jours.
Les 30 jours sont facilement dépassés.

1 « J'aime »

Pour essayer de simplifier : Aujourd’hui en tant que civil tu n’as accès qu’à la PMG, une fois sorti de PMG tu es G2A, ensuite il faut compter 2 ans pour passer un grade et sous réserve de l’approbation par la hiérarchie, ainsi tu peux espérer être sous-officier de réserve (grade de gendarme monogalon) au bout de 6 ans.

Il n’y a pas de concours pour être sous-officier de réserve, seule l’ancienneté compte, de plus même si tu fais le stage officier de réserve (grâce à de bonnes notations) tu resteras APJA, par conséquent tu n’apporteras qu’une aide matérielle à la procédure. À titre personnel, je te déconseille le stage officier, tu seras beaucoup moins employé.

En résumé, tant à bac +5 que sans diplôme, il n’existe pas de raccourcis pour passer en sous-officier de réserve, seules les années d’ancienneté dans la réserve le permettrons.

Dans les textes c’est au nombre de jours, tu peux passer brigadier sans avoir fait 1 an.

1 « J'aime »

Quel est donc le nombre de jours donc ?

Il faut retrouver le texte, mais c’est quelques mois à chaque fois.
Ensuite il peut y avoir des conditions, par exemple brigadier-chef il faut avoir fait un certain temps comme brigadier en plus du temps en activité.

1 « J'aime »

Bonjour TIC,

je viens de trouver cette circulaire. Effectivement ils parlent de « mois » concernant les durées minimales avant de pouvoir être inscrit au tableau d’avancement. Ainsi que les conditions cumulatives de diplômes et certificats (PMG + APJA + TIR + bâton télescopique).

La notion de mois est donc un peu floue. Doit-on considérer que avoir fait 30 jours sur 3 mois (ce qui serait pas mal déjà) = 1 mois ?

Maintenant reste à savoir comment son sélectionnés les réservistes pour inscription au tableau d’avancement. Mais ça c’est encore une autre histoire … peut être que quelqu’un a des infos ?

Voici la circulaire jointe. INTJ2015609C.pdf (448,2 Ko)

Mais dans un mois tu ne travailles pas 30 jours…
Celui qui a fait les phrases n’a pas dû se rendre compte…

« et avoir servi au moins trois mois » pour moi ça signifie depuis la date de début du premier contrat.

C’est assez opaque…
Mais on se doute que comptent l’appréciation, la notation, le nombre de jours et l’ancienneté.
Il doit aussi y avoir un quota dans chaque grade.