Problématique mutation officier

Bonjour tout le monde :grinning:

Pour me présenter très brièvement, j’ai fini mon école d’ingénieur l’année dernière et je suis très intéressé pour rejoindre la gendarmerie. Je vais donc présenter le concours d’officier OGS cette année.
Néanmoins je ne trouve pas de réponses à mon questionnement concernant la problématique des mutations des officiers. Aujourd’hui j’habite en Haute-Savoie avec ma femme qui vient de trouver un poste en CDI. C’est une réelle opportunité dans son domaine, c’est pourquoi elle se projette sur le long-terme dans ce département et pour elle il n’est pas question de bouger.
Je suis donc bien embêté car je ne veux pas lui imposer cette mobilité, auquel cas elle risque de perdre son métier.
D’où mon questionnement :

  • Un officier de gendarmerie mute-t-il en moyenne tous les 4 ans ? Peut on refuser ces mutations ?
  • Peut-on demander une mutation dans son département ? Et donc peut on faire toute sa carrière dans le même département ? (Je précise qu’être muté dans partout en Haute-savoie ou en Savoie me conviendrait parfaitement)
  • Y a t’il des postes d’officier pour lesquels les mutations ne sont pas obligatoires ?
  • J’ai entendu dire que les SOG n’ont pas cette contrainte de mutation, est-ce vrai ?

Bref beaucoup de questions…
Je remercie d’avance les personnes qui prendront le temps de me répondre.

Jules

Bonjour,

En gendarmerie, la mobilité est une caractéristique importante. Pour un sous-officier, elle lui permet d’avoir un avancement plus rapide, mais elle n’est pas obligatoire. Ce sont des choix de carrière : accepter de bouger et prendre du galon, ou décider de rester sur place mais s’exposer à stagner à son grade.

Pour les officiers, c’est un peu différent. La mobilité est liée à leur statut d’officier, et ils seront mutés tous les 3 à 4 ans.
Je n’ai pas de précisions quant à la manière dont ça se passe (souhaits exprimés ou mutation subie). Toutefois, rester dans un même département sur une carrière me semble difficile, mais pas impossible.

En effet, en changeant d’affectation au fil des années, l’officier prend du grade. Selon ce grade, il est amené à commander à un échelon plus élevé, jusqu’à une certaine limite.
Ainsi :

  • LTN : commandant de BTA ou COB, voire commandant adjoint d’une petite compagnie
  • CNE : commandant adjoint de compagnie, voire commandant de compagnie
  • CEN : commandant de compagnie
  • LCOL : commandant adjoint de groupement ou commandant de groupement
  • COL : commandant de groupement
    (je parle pour la GD que je connais mieux, mais ça a évidemment son équivalent en GM)

Les mutations ont effectivement lieu en moyenne tous les 3 à 4 ans, avec possibilité de demander une « rallonge » (qui n’est pas systématiquement acceptée).

Le concours OGS est toutefois spécifique, et il tend à offrir des postes particuliers (j’imagine plutôt orientés vers l’IRCGN, le CYBERGENDCOM, le C3N, la recherche et la formation). Je ne sais pas comment fonctionnent ces structures, et je ne saurais pas dire s’il est possible d’y mener toute une carrière d’officier.
Toutefois, ces spécialités sont généralement basées en région parisienne (l’IRCGN, CYBERGENDCOM et le C3N à Pontoise, l’EOGN à Melun…) ou ailleurs (les écoles à Montluçon, Rochefort, Tulle, Dijon, Chateaulin, Chaumont)… et ça t’amènerait donc loin de ta Haute-Savoie.

Sachant que j’ignore comment un officier sortant d’école est affecté, je ne peux qu’imaginer quelque chose de similaire aux SOG : sur classement, choix de la région et souhaits. Il faudra donc te battre pour obtenir la RGARA, et croiser les doigts pour atterrir pas trop loin de chez toi.

Mais je pense que tu peux déjà te préparer psychologiquement à quelques années de célibat géographique, le temps de la formation et de ta première affectation, avant de pouvoir te rapprocher.