Retex d'une PMG au printemps 2021 (Région Centre-Val de Loire - Orléans)

La Gendarmerie m’a toujours intéressé. J’ai toujours perçu les gendarmes comme des personnes intègres et droites. J’ai donc été intéressé très tôt par la gendarmerie. Après deux tentatives pour être G.A.V, échouée après entretiens psy, je décide de construire ma vie dans le civil.

Ces deux échecs étaient logiques. Bien que ma maturité ne fût pas à remettre en question, c’est surtout que je pratiquais aucun sport et passais mes journées à geeker sur un PC… Heureusement que je n’ai pas été accepté en ce temps, j’en aurais chié…

C’est donc 5 ans plus tard, que je rencontre sur un jeu en ligne un groupe de sous-officier. On échange et l’un d’eux me parles de la réserve. Après quelques échanges avec lui, il me conseil de faire la démarche, car mon profil a évolué et qu’il trouve que je corresponds bien à l’état d’esprit. Il est vrai qu’en 5 ans, j’ai vraiment évolué… Je suis passé de geek à rien faire chez papa et maman à sportif (3 séances d’athlétisme par semaines et compétition 1 week end sur deux) et indépendant.

Je me renseigne donc sur la réserve afin d’être sûr que c’est mon souhait.

Mes motivations :

Ce qui m’a motivé, c’est la volonté d’être utile aux autres, de m’enrichir humainement, d’acquérir de nouvelles compétences hors de mon champ de métiers actuel (je suis quelqu’un qui aimes bien connaître les choses, je suis curieux.). J’avais aussi envie d’apprendre une nouvelle discipline. Je suis quelqu’un de calme, je ne me suis jamais battu de ma vie (oui oui, même à l’école, j’étais celui qui évitais les conflits) alors apprendre à me défendre m’intéressais.

Mes craintes :

L’aspect militaire me faisait « peur » mais c’est une crainte due à une méconnaissance du milieu. Et faut dire que les reportages donnent l’idée qu’à l’armée, c’est « tu te fait bâcher tous les minutes » … Les anciens, qui ont fait le service ne parlait pas de cette période comme un bon souvenir… Pourtant, moi, l’idée du bivouac m’excite tellement ! :smiley:
Le sport de contact. Comme je l’ai dit, je ne me suis jamais battu. Donc une crainte de mal faire les choses.

Là ou je pensais être à l’aise au début :

L’apprentissage des cours. Quand un sujet m’intéresse, je suis capable d’assimiler facilement.
Le chant.
L’esprit de groupe.

Ce qui m’intéressait le plus :

Sécurité routière. Je n’ai pas été touché par des accidents ni mon entourage, ni moi-même. Mais je suis très agacé de voir des gens inconscients estimé que « écrire un sms au volant, ce n’est pas grave » ou les excès de vitesse en mode « 180, c’est rien frère ! ». Ces comportements me dégoûtent, et avoir un rôle à jouer dans cette lutte, ça m’intéressait.

La protection des lieux était aussi un sujet qui m’intéressait au début de ma démarche.

Bon, voilà un peu le topo et l’état d’esprit avant ma PMG.

Avant PMG :

Visite médicale :

J’envoie donc ma candidature rapidement, je reçois une liste de documents a apporter. Une très longue liste et déjà une visite médicale à effectuer ! En période covid, j’ai eu beaucoup de chance, mon RDV est pris juste avant les annonces du Président de la République d’un second confinement ! Ouf !

La visite médicale, rien de bien sorcier. Vu, audition, analyse d’urine, ECG et ensuite examen par un médecin.
Encore une fois, je suis bien tombé… Un très sympathique médecin. On regarde les résultats des divers test, l’audition est moyenne… Je ne passe pas loin de la non-admissibilité… Je passe à 2. Un de plus et c’était cuit ! Pour le reste, en caleçon et ça palpe un peu partout à la recherche de problème de santé… Pour les plus pudique, j’ai eu le droit à la palpation sur le pubis. J’ai toujours été un peu pudique… Mais je me dis que je dois travailler sur ça… Donc je laisse faire :blush:. Pas de palpation testiculaires… C’est déjà ça !
J’échange avec mon médecin sur les diverses fractures que j’ai eu étant jeunes (casse-cou au ski ^^), il vérifie la mobilité de mes membres, tout est ok.

Je ressors très content, je suis apte. Physiquement du moins !

Une fois tous les documents en main, j’ai un rendez-vous avec le colonel de réserve de mon département très rapidement une fois que j’ai informé de la bonne collecte de tous mes docs.

Entretiens

J’ai pris plaisir à cet entretien, malgré une petite appréhension… J’hésitais à dire « bonjour » « bonjour Colonel » … Bref des bidouilleries :smiley:

Le courant passe bien avec le colonel, on échange sur mes motivations, on parle même de la Police Nationale (les pauvres, s’ils savaient :D).
Après avoir parlé de mes motivations, il me pose des questions sur mes connaissances de l’organisation de la gendarmerie. Là je séchais :D. Je n’ai personne de mon entourage dans le milieu… Il me parlait de l’arme de service, j’avoue que la il me perdait… Je ne venais pas en gendarmerie pour l’arme. J’estime que cet outil n’est qu’un moyen de défense comme un autre à l’exception qu’il est létal. Mais je n’en faisais pas une fixette. D’autant que je sais bien que j’aurais très peu voir pas à l’utiliser.
Questions sur les membres de ma familles (enquête de moralité), j’ai joué franc jeu… Tout le monde n’est pas saint dans ma famille proche…
Pour terminer, c’était à mon tour de poser des questions.

Le courant passe encore mieux avec la seconde personne de l’entretien avec qui on a étudier les documents à apporter. Et on parle pas mal :blush:. Elle m’informe qu’un dossier sur 3 est accepté dans le département…
J’avoue qu’en pensant au fait que ma famille n’est pas sainte… Je prends un coup de massue…

Tests Psy :

Alors pas d’entretiens avec un psychologue, mais surtout un QCM de personnalité.

Je retrouve ces tests que j’avais passé en candidature G.A.V.

L’avantage pour moi était de bien comprendre comment graphiter les cases, j’ai vu que certains ramaient…

Il n’y a pas à réfléchir, c’est rapide… Même si … Le QCM te force à trancher. Tu n’as pas de réponse juste milieu. Faut donc choisir. Ce n’est pas forcément évident, car il y a comment on se perçoit, comment les autres nous perçoit et comment on est dans le milieu professionnel. J’ai donc répondu à l’instinct.

Les réponses me sont parvenues un mois et demi plus tard : Admis en PMG !

Après tests :

Bon, la je vous raconte pas ma vie, mais j’ai failli ne pas partir … Mon employeur pourtant au courant de ma démarche (ils m’ont même accordé une demi-journée de congé pour les tests psy), m’informe qu’il ne sait pas s’il va répondre favorablement à me demande d’absence en congé sans solde. Ils ont le droit et je me retrouve coincé.

Heureusement, ça s’est bien passé et une collègue s’est proposée pour me remplacer ! Ouf !

Bon, ça c’est pour l’anecdote.

Vient ensuite la préparation. Premier mail : GENDFORM, avec les cours en ligne. Je perds pas de temps, en une semaine je plie tous les cours et le QCM final à 93%… Assez simple si on a suivi les petits tests à chaque fin de module :blush:

A un mois et demi du stage, on reçoit un mail fort agréable de notre directeur de stage. Il nous informe des modalités et des chants à apprendre. J’appréhende l’apprentissage, je n’aime pas apprendre par cœur.

Une petite phrase fort agréable à la fin de mail me donne confiance quant à la bienveillance de la formation à venir « Ne stressez pas, prenez plaisir à vous former ». C’était vraiment quelque chose de rassurant pour moi.

Pendant un mois et demi donc, je m’entraine à raison d’une séance par jour alternée entre course à pied et muscu. Pour la musculation, je mettais en musique de fond les chants et … ça rentre tous seul ! J’ai appris les chansons sans avoir à apprendre par cœur. Ouf ! Je pars donc serein au niveau de l’apprentissage des chants et du QCM.

Reste le test covid, ayant été positif un mois et demi plus tôt et ayant dans mon entourage une personne testée positive depuis 3 mois (alors qu’elle n’était plus malade) m’inquiétais. Je redoutais plus le résultat que le test en lui-même ^^. Test négatif. Ouf !

La veille de la PMG, un mélange de sensations me prends. Stress, excitation, motivation et la crainte de ne pas être à la hauteur. C’est donc dans cet état d’esprit que je pars à la PMG …

La PMG commence un vendredi.

Le premier jour, on est tous un peu sur le qui-vive, on s’observe, se regarde … Nous sommes mis au jus rapidement.

A peine arrivée, réception du paquetage, et on nous demande de nous mettre en treillis. Confusion totale, car nous ne savons absolument pas quoi mettre, le paquetage étant assez conséquent. On s’entraide avec mes camarades de chambre et partons ensemble habiller de la même manière. Nous avons eu de la chance, nous nous sommes bien habillés ^^

S’en suit, 1 heure et demie de discours … 3 personnes tombent dans les pommes… Je prie pour pas que ça m’arrive ^^

Comme tout est concentré sur 2 semaines, nous avons eu peu de temps de sport hélas. Les journées se sont déroulées comme suit :

6h20 : petit déjeuner ou TIG

7h30 : Début des cours

12h30 – 13h30 : Repas OU TIG

13h30 – 18h30 : Cours

18h30 – 19h30 Repas OU TIG

19h30-22h : Cours

Quand on était de TIG , on l’étais toute la journée. C’était donc une journée ou l’ont était pas dans nos chambres de 6h20 à 22h … Epuisant !

7 jours / 7 , sans discontinuer. Faites une croix sur les siestes et les grasses mat’. Pas de machine à laver, faut donc laver vos vêtements à la main sur votre (peu de) temps libre. Mon téléphone ne m’a très peu servi, il n’a jamais été aussi économe en batterie.

Pour les cours, nous avons des cours sur l’agent de sécurité routière, l’APJA, Ordre serré/militarité, Maîtrise sans armes de l’adversaire, maîtrise avec arme de l’adversaire. Apprendre les chants avant la PMG sera un réel atout … Certains ne l’ont pas fait et l’on payé sur leurs temps libres. Pareil pour les grades. Tout ce que vous ferez chez vous, ça sera du temps de repos en plus en PMG :wink:

Premiers jours avec beaucoup de théorique, la pratique est venue au fil du temps. Contrôle tous les jours dès la deuxième semaine.

C’est largement accessible, tant que vous vous y impliquez un minimum. J’ai même été surpris de ne pas avoir eu plus de sport que ça. Le fait d’avoir concentrer tout sur 16 jours a forcément eu un impact sur les choses considérées comme « moins essentiel » (à la mode en ce moment !).

Nous sommes tombés sur des cadres très humains.

Pour le tir, nous avons eu 40 cartouches, c’est à mon sens très insuffisant. Il m’a fallu entre 20 et 30 cartouches pour commencer à me sentir à l’aise. Avoir une arme chargée ce n’est pas évident quand c’est la première et encore moins évident quand on est noté pour le CIAPT.

La cérémonie à huis clos, n’avait pas vraiment beaucoup de sens. C’était même un peu triste.

Tout a été validé me concernant, APJA, CIAPT, BPT, PSC1 (pour la 4e fois :D)

C’était deux semaines vraiment enrichissantes et on ne voit pas les jours passer…

Maintenant, c’est parti pour les missions … Si tant est qu’il y en ait sur minotaur … Actuellement rien sur mon département …

Si vous avez des questions, n’hésitez pas. Après chaque région gèrent différemment leurs PMG. Par exemple, je lis souvent qu’il y a un « rallye », nous n’avons pas eu de rallye, mais des contrôles continus.

Les notations ne donnaient pas lieu à un classement non plus.

8 « J'aime »

Merci !
Tu pourrais préciser le lieu de la PMG s’il-te-plaît ?

Message pour les suivants, comme pour tout entretien d’embauche il faut bien se renseigner ! Surtout dans une activité de « vocation ».

:man_facepalming:

:man_facepalming:

Salut,
Merci pour ton RETEX, ça remet un peu dans l’ambiance ^^

Comme @Tic le demande… Tu es dans quel coin ?

Pas d’inquiétude pour ça ! Certains départements mettent toutes les missions et fonctionne avec le volontariats. Certains ne publient rien et fonctionne avec le système de disponibilité.
Je me doute que ça doit être rageant de ne voir « aucunes missions », mais s’ils forment et prennent des réservistes, c’est qu’ils ont besoin :wink:

Pour exemple ma CRD ne publie aucun appel à volontaires. :man_shrugging:

Alors, région centre val de loire - Orléans.

1 « J'aime »

Nous c’est l’inverse. Ca fonctionne que au volontariat, ça sert à rien de mettre des dispos, ils regardent pas ^^’

Au moins c’est plus pratique, mais moins pour équilibrer les renforts.

1 « J'aime »

Super retex. UN TRÈS GRAND MERCI pour tous ces détails précieux et FÉLICITATIONS pour ta réussite et ton ESR. Bravo :+1:

2 « J'aime »

En soit, on doit quand même mettre des dispos, au cas où il y ait un désistement de dernière minute (surtout avec le covid actuellement). Mais on sait que dans 99,99% des cas, ça sert à rien

1 « J'aime »

Bonjour,

merci beaucoup pour ce RETEX très instructif.

Quelques questions posées par un candidat réserviste n’ayant pas encore déposé de dossier de candidature :
A) Existe-il une liste de chants que l’on peut apprendre en prévision d’une PMG? Avez-vous quelques titres à proposer?
B) Plus largement, peut-on trouver un recueil de « cours » ou d’infos « qu’il serait préférable d’apprendre par avance » pour une PMG? Je connais l’alphabet Otan, les grades, que puis-je apprendre d’autre?

Merci pour vos réponses.

Étienne

Hello :slight_smile: je viens de terminer ma PMG à Strasbourg.
Pour répondre à tes questions, tu peux déjà apprendre la 1ere strophe et refrain de la Marseillaise (mais en principe tu devrais déjà la savoir sur le bout des doigts ^^). Chez nous c’est le directeur de stage (par mail) qui nous a indiqué quel chant apprendre pour la PMG ( élève gendarme dans mon cas).

Déjà connaître l’alphabet de L’OTAN et les grades te feras gagner du temps sur les courts moments de révisions. Avant ta PMG tu auras un enseignement à distance à valider sur le net, tous les cours sont repris ensuite pendant la PMG. Si tu bosses bien cet EAD, et que tu le travailles correctement avant ta PMG cela te feras gagner énormément de temps et les révisions seront beaucoup plus simples ensuite.

2 « J'aime »