RETEX entretien complémentaire 2024

Bonjour,

J’ai passé mon entretien complémentaire hier à Maison-Alfort.
Une psychologue viens me chercher à 15h30.
Elle m’emmène dans son bureau, me dit de m’asseoir. Ensuite elle me demande de parler de mon parcours familial, ma vie d’enfance, mes études et ma vie d’aujourd’hui.

Ensuite viens où elle me pose 4 questions :

1: Avez-vous des émotions ? « Oui »

2: Avez-vous de l’empathie ? « Oui ».
Pour qui n’en n’aurez vous pas ? (« j’ai donné un exemple bateau »)

3: Vous arrive t-il de vous énervé ? « Oui, je me dispute parfois avec ma conjointe comme tout le monde, étant très sportif je m’énerve après moi parfois lorsque je fais un mauvais entraînement ou alors contre moi quand je me prends un mauvais coup au kick boxing par ce que j’avais pas ma garde. Mais jamais au point de voir rouge. »
C’est quoi pour vous voir rouge ? « voir rouge c’est perdre ses moyens, ne plus avoir le contrôle de sois même et ses émotions à en devenir dangereux pour les autres ou soit même. Et ça, ça ne m’arrive jamais ».

4 : Qu’apporterez-vous à une équipe ? « Mon sens de l’engagement, mon coté leadership, et mon sens de l’adaptation ».

Ensuite nous avons parlé de mes motivations.
Mais rien d’autre.

Je suis resté poli, souriant, agréable avec une bonne gestuelle des mains et un vocabulaire correct malgré la pression psychologique qu’elle essayait d’exercer sur moi. Parfois et très souvent durant ces 45 minutes elle émettait une sorte de pression psychologique en me posant des questions par dessus des questions alors même que je n’avais pas encore fini d’argumenter mes réponses, je n’avais pas réellement la possibilité d’argumenter mes réponses.
Elle ne laissait paraître aucune émotions, rien, ni même un avis. Elle écrivait et posait des questions en regardant l’heure sur son téléphone.

À la fin l’entretien s’arrête brutalement et me dit « Vous recevrez une réponse sous maximum 15 jours, à la suite de ça vous aurez la visite médicale si c’est favorable, et tout s’enchaînera plus rapidement. C’est bien nous avons pu parler librement de tout »
Car oui j’ai un antécédents datant d’il y a 14ans alors que j’avais 9ans.
Ont à beaucoup parlé de ça et j’en ai parlé très ouvertement afin de lui montrer que je niais rien, que les faits je les reconnaissais malgré qu’a cet âge là comme je lui ai dit, je n’avais pas l’âge ni la maturité nécessaire afin de faire preuve de discernement et de mesurer la gravité et les conséquences de mes actes, que je ne mentais pas, et que j’étais à l’aise avec ce sujet.

Dans la globalité je suis positif, j’ai dis ce que j’avais à dire en restant moi même sans trop en dire malgré qu’a une ou deux reprises j’ai cherché mes mots mais j’en ressort tout de même perplexe car elle ne laissait rien paraître.

Mon entretien de motivation était le 7 Juillet 2023, il s’est super bien passé, j’ai donné toutes mes raisons d’entrer en Gendarmerie, j’ai également répondu à des questions qui apparemment d’après mon référent recruteur les candidats ne savent pas y répondre.

Voilà petit retour d’expérience.

J’en ressort un peu perplexe bien même que je reste positif et que je le sente bien.

Ces sensations sont normal ? Le comportement des psychologues vis à vis des candidats aussi ?
Car c’est vraiment spécial j’étais prêt mais bon surpris :joy:

Merci bien !

Salut, je passe mon EC bientôt je voulais savoir si tu as eu une réponse ?

1 « J'aime »

Salut ! Oui je l’ai loupé car j’aurais dit des choses à ne pas dire d’après une Gendarme que je connais bien…
donc je recommence en Juin, courage !

1 « J'aime »

Merci. C’est dommage tu vas y arriver ! J’aimerais savoir si ce n’est pas indiscret ce que tu as dit pour le loupé ? (J’ai un peux peur de l’entretien.)

Oui le prochain est le bon j’en doute pas !

Et bien écoute, d’après une gendarme chargée du recrutement que je connais bien, j’aurais dit des choses à ne pas dire.
Je suis quelqu’un d’honnête et j’ai merdé sur peut-être une question :

  • « Avez-vous de la compassion et si oui pour qui vous en avez pas ? »
  • « J’en ai moins comme par exemple l’histoire qui a fait polémique du jeune de 17ans qui s’est fait tirer dessus par un fdo lors d’un refus d’obtempérer, il est mort et j’ai moins de compassion pour ce genre de personne ».

Bref j’ai été trop franc dans mes discours, je ne mâche pas mes mots.

Celle que je connais m’a dit « Mais tu sais, même si je suis d’accord avec toi, il y a des choses à dire, et des choses à ne PAS dire aux psychologues, quitte à leur mentir un peu»

Enfin si tu veux un conseil, dit en le moins possible, montre que tout vas bien dans ta vie, que tu est motivé, ils connaissent mon parcours, ils savent que je vais entrer par la suite au GI sur Satory, c’était pas le bon concours, mais aucun problème, le prochain sera le bon.

Courage à toi !!

Merci beaucoup pour avoir partagé ton expérience.
Bon courage a toi aussi !

1 « J'aime »

Bonjour,

Il aurait mieux fallut leur dire que tu avais de la compassion pour les personnes car c’est un peu en effet le rôle du gendarme d’être empathique et d’essayer de comprendre les situations des personnes sans se mettre « à la place de » pour apporter au mieux une solution

1 « J'aime »

Salut ! Merci pour ton retex, je risque de passer aussi au EC mais bon rien de sûr, j’espère ne pas devoir y passer car sa me stresse énormément alors merci pour tes réponses !
C’est vrai que certains questions sont complexes ahah, la question de la compassion, bien-sûr en temps que gendarme on se doit d’avoir de la compassion, mais je me vois mal d’en avoir face a des terroristes ou des criminels de guerre ahah :sweat_smile:

J’espère également pour toi que tu y passeras pas mdr !
Sinon, oui, il faut que tu lui montres que tu seras le gendarme modèle… Sauf que l’ont soit en treillis ou en civil ont reste des humains, et oui effectivement on a pas la même compassion pour ce genre de … bref que pour des gens qui n’ont rien demandés !

Couage !!

1 « J'aime »

Bonjour à tous
J’ai reçu une convocation hier pour passer un entretien complémentaire le 23 mai 2024, J’attendais la réponse avec impatience, maintenant que je l’ai eu, je stresse un peu. Avez-vous des conseils à me donner ?
Merci à vous !

Je l’ai passé et malheureusement comme tu as pu lire au dessus je l’ai chié, c’est rien c’est un concours c’est comme le bac, la deuxième fois ça passera.
Des conseils ? Mmmh… :thinking:

  • Reste toi même
  • Ne raconte pas trop de choses négatives de ta vie
  • Ne montre pas que tu as été blessée par quelque chose
  • Montre que tu est le parfait exemple
  • Réponds aux questions sans trop rentrer dans les détails
  • Reste souriante et élégante

Regarde mon retex un peu plus haut

Bonjour j’ai bien lu votre retex et oui effectivement c’est comme un bac, et j’espère pour que que la prochaine sera la bonne ! mais bon je me met un peu la pression car ont peut s’attendre à tout et à rien ! Donc un peu compliqué de ce préparer car ont a aucune information ect… surtout qu’à mon entretien avec le recruteur j’ai parler d’une dépression qui a durée 1 ans mais que maintenant tout allait pour le mieux! à voir j’espère vraiment réussir cette entretien car bon j’ai vraiment envie de m’arrêter là !
Bon courage à vous et merci pour votre message de retour !

Ne parle surtout pas de ta dépression avec la psychologue !
Moi je suis tombé sur une femme assez âgée, très mal aimable avec moi, elle ne faisait que regarder la fenêtre ou son téléphone pendant que je lui parlais.
Elle me coupais la parole sans cesse, je ne pouvais jamais finir mes phrases, son but étant certainement de déstabiliser, elle à réussis à certains moments car je finissais par en chercher mes mots ou ne plus savoir ce que je disais.
Des amis en gendarmerie ont eu pour la plus part des psychologues très cool, aimable, qui mettaient vraiment à l’aise, moi tout le contraire.

Les questions sont aléatoire, mais tu vas devoir premièrement te présenter, ton parcours scolaire et familial, ne rentre pas dans des détails qui pourraient te porter préjudice ! J’ai fait des erreurs lors de cet entretien et j’en ai tirer une leçon, c’est pour ça que je sais comment appréhender le prochain ! Je reprends ma candidature le mois prochain !

J’espère que tu tomberas sur une bonne !

Une gendarme que je connais très bien, qui est gendarme là où je vie, m’as dit « Tu sais Sulli, au psychologue du travail, il y a des choses à dire et des choses à ne SURTOUT PAS DIRE, quitte à mentir, fais le »

Tout ça pour te dire qu’il faut que tu filtres tout, un simple mot pourrait te porter préjudice, cet entretien sera certainement déstabilisant, c’est pas une psychologue que tu pourrais voir dans le civil, le but est de passer ce filtre là pour accéder à la visite médicale, et les places en visite sont très cher ! Bien qu’ils recrutent en balle, ils font un tri impitoyable !

J’ai pour objectif d’intégrer le GIGN, j’ai de très bonnes connaissances et piston dans le milieu… bref je ne rentrerai pas dans les détails, mais tout ça pour te dire qu’il faut que tu te prépares un minimum !

Je ne sais pas si tu as le livre « GAV » mais si tu as insta je pourrais t’envoyer quelques photos utile du livre.

Aller courage !

J’en parlerais pas alors si la personne ne m’en parle pas merci du conseil ! Et j’espère tomber sur quelqu’un de bien quand même car ça va être compliqué si la personne n’est pas à mon écoute et j’espère que pour la prochaine fois vous aurez pas d’entretien complémentaire ou si vous en avez un j’espère que vous tomberai sur quelqu’un de mieux !

1 « J'aime »

Le problème c’est que j’aime pas mentir mais bon je prend note du conseil car j’ai pas envie de perdre ma place pour un mot de trop ou un sujet pas accepté par la gendarmerie je vais m’entraîner à bien formuler mes phrases avec les bon mots et sans trop en dire ! Vous avez un très beau projet je vous souhaite la réussite ! Je vous et envoyer un message privé via le forum.
Merci beaucoup courage à vous aussi !!!

1 « J'aime »

Ca va être dur de ne pas en parler !
C’est sûrement le motif de l’entretien complémentaire…

J’en parlerai si la personne aborde le sujet si non j’en parlerai pas et je c’est pas si c’est ce motif ou pas !

Bonjour,
Les choses ‹ ‹ à ne surtout pas dire › › comme vous dites, sont souvent sues en amont, notamment par le biais des QCM ou autres tests. Un professionnel a tôt fait de déceler un point à éclaircir. Commencer une carrière en ‹ ‹ omettant volontairement › › de divulguer des informations, n’est pas assurément la meilleure façon de s’y prendre à mon sens. Un psychologue n’est pas là pour piéger le candidat mais uniquement pour déceler des incompatibilités avec le futur emploi où le mental est souvent mis à rude épreuve. Est-ce mieux de dissimuler des informations sur sa santé actuelle ou passée, au risque d’en pâtir après et d’être en difficulté, de mettre ses collègues en difficulté ou bien les personnes à qui l’on va porter secours ou assistance, j’en suis pas sûr. Répondre naturellement et spontanément aux questions en étant le plus décontracté possible et ouvert au dialogue me parait l’attitude à avoir lors de cet entretien.

bonjour,
Personnellement je viens d’être refusée après l’entretien complémentaire, sachant que pour moi l’entretien s’était très bien passé et je suis dans l’incompréhension totale. Le seul motif que j’ai c’est que je n’ai pas actuellement « le profil » pour le poste de gav apja. Ce n’est pas si ce n’est qu’un motif universel.