Coup de gueule (appel à l'aide) - Considération GAV au sein de la Gendarmerie

Bonsoir,

Je me permets d’écrire ce message afin de discuter, de comprendre.

Je suis GA depuis peu, fin mars. Je suis rentrée en école en décembre 2022. Avec le peu d’expérience que j’ai en Gendarmerie j’ai pu voir la manière dont nous sommes considérés.

En effet, je sens que les GAV ne sont pas appréciés des SOG notamment. Pourquoi donc?

J’ai la chance d’être en ce moment dans un service où on me considère mais lorsque je vois d’autres camarades GAV ou même moi lorsque je rencontre d’autres Sous-officiers, Officiers, de nombreuses fois ils nous parlent mal sans même nous connaître.

J’adore ce que je fais en Gendarmerie, je suis toujours intéressée, souriante, toujours prête à aider. C’est ce qu’on me dit en tout cas… Mais cela devient difficile de garder ce sourire ainsi qu’une bonne estime de soi lorsque chaque jour, le sourire n’est pas rendu par les SOG que l’on croise, que l’on entend les SOG mal parler des GAV, les vieux SOG se plaindre de la nouvelle génération.

Je ressens qu’ils ne croient pas en notre génération à les entendre et cela commence vraiment à m’affecter, peut être parce que je suis très sensible.

J’ai besoin d’avoir des camarades, pas des personnes qui nous tirent des balles.

Qu’est ce que vous pensez de tout cela?

4 « J'aime »

Salut,

Je pense qu’il faut relativiser cela avec la société, se dire que le monde du travail n’est pas blanc comme la neige et que l’ambiance au travail dépend notamment de ta brigade lorsque tu es GAV d’après plusieurs témoignages.
Il faut donc persévérer, se dire que le début peut être compliqué, travaille sur toi même et tu verras que ça finira par payer. Tant que tu travailles et que t’es droit dans tes bottes ils ne pourront pas t’empêcher d’avancer.

Je te souhaite énormément de courage, soit fière de toi pour ton engagement !

3 « J'aime »

Hello, effectivement les collègues, chefs, feront vraiment la différence entre un GA qui se sentira bien dans se peau, intégré etc…
Il y a probablement encore des gens qui estiment que un engagement en tant que volontaire n’a pas tant de " mérite " que un engagement dans le corps des sog ou og.
Pour le coup je dirai que il faut beaucoup de courage, parfois à un âge où des amis sont déjà dans un emploi à responsabilité, pour intégrer un statut où la solde est moins intéressante et les prérogatives moins larges que un SOG et où de ce fait, on est un peu dependant des autres.

Dans ma COB les GA sont vraiment considérés. Bien entendu ils connaissent les règles du jeu et savent qu’ils ne peuvent pas tout faire eux même mais je trouve personnellement que abaisser cette barrière du GA VS SOG non seulement ça participe à une bonne ambiance mais en plus les directives circulent mieux et ça permet même parfois de laisser une autonomie supplémentaire dans certains domaines.
Dans leur cas ils passent actuellement les concours sog et on peut espérer que ils traiteront les GA qui seront sous leurs ordres aussi bien que ils l’ont été et ça donnera des bons gendarmes au moins sur le plan humain

Bon courage

2 « J'aime »

Courage @Noemie_G , ne laisse pas les autres influencer ta carrière. Tu as eu le courage de t’engager et c’est très bien.

Tu as toujours des vieux chibanis qui ont subis pendant leurs années de gendarme adjoint ou gendarme auxiliaire et qui se « vengent » sur les GAV :triste:

Heureusement que ce n’est pas partout pareil !

Donne le maximum de toi même et poursuit ta carrière :slight_smile:

1 « J'aime »

Rien de plus à redire que mes camarades sur le fond, j’aimerais juste ajouter qu’il faut profiter de ces années de gav pour BOUGER si dans votre unité ça ne vous convient pas.
Il y a tellement de bénéfices à bouger, sachant que vous pouvez chaque années et facilement.
Vous changez de camarades si ça ne va pas là ou vous êtes, vous changez de façon de travailler, l’autonomie, les missions confiées.
Vous APPRENEZ, énormément en changeant d’unité et cela vous sera utile en école SOG et ensuite en sous officier sur le terrain, chaque jour !
J’ai été gav, j’ai bougé : que du plaisir, en plus de voir du pays ! :slight_smile:

3 « J'aime »

(Attention ce message généralise un peu. :grin:)

Dans la société les anciennes générations trouvent qu’elles sont meilleures que les nouvelles générations.
Mais il ne faut pas oublier que c’est à toutes époques confondues, cette croyance ne date pas d’aujourd’hui.
Beaucoup oublient avoir été nouveaux à un moment donné, et avoir fait les mêmes erreurs de débutant qu’ils reprochent aujourd’hui.

Tu as aussi une hiérarchisation de la considération des emplois. Si elle n’est pas forcément dite, elle se voit à la considération donnée à chaque métier.
Par exemple qu’être gendarme c’est mieux qu’être policier, que policier c’est mieux que policier municipal, que policier municipal c’est mieux qu’ASVP…
Ce ne sont que des bêtises, tous ces métiers sont différents et complémentaires, il n’y a pas de raisons d’y voir une quelconque hiérarchie.

Alors oui, les GAV jeunes cumulent par rapport aux SOG anciens, mais cela ne reste que de mauvaises appréciations des choses.
Pour autant cela crée du mal-être chez beaucoup de personnes.

5 « J'aime »

J’irais même jusqu’à dire que les EG en unité subissent un peu la même chose.

Il est clair que les anciennes générations adeptes du « c’était mieux avant » ou encore « on ne peut plus rien dire maintenant » se confrontent aux nouvelles générations plus ouvertes et moins dociles qu’elles ne pouvaient l’être à leurs débuts.

Après faut vivre avec son temps…

4 « J'aime »

Et dire que je sors d’EGAV mi-février, je vous avoue que je redoute cette ambiance…
Un SO que j’ai croisé un jour m’a dit d’éviter les brigades de merde, je lui demande c’est quoi une brigade de merde, il me dit celles avec beaucoup d’effectifs… En espérant que ce critère unique me sauve d’une mauvaise ambiance

Hello
Viens par chez nous ici les GAV ont plus de pouvoir et de respects que les commandants, la preuve ils passent les échelon alors qu’ils sont en arrêt maladie depuis plusieurs mois…
Après, sans rire, chez nous il en passe pas mal des GAV et désolé de le dire comme cela mais pardon ils sont muavais…
J’ai croisé plus de mauvais que de GAV qui font la maille.
Ce que je veux dire dans tout cela, c’est que peut être tu vois BEAUCOUP de sous officiers qui en ont marre de beaucoup de GAV parce que justement la majorité sont nuls.
Par contre, une GAV comme toi qui fait la maille ben ne t’en fais pas, t’es mise en avant.
Je terminerai en disant cela: les bons GAV ne restent pas longtemps, ils passent rapidement sous off’. Donc automatiquement, les vieux GAV…

2 « J'aime »

Je suis pas du tout d’accord, certains GAV font 4 ou 5 ans, sont très bon et pour diverses raisons ils continuent un peu en ga, c’était mon cas et pourtant je suis sous off !

Mais je te rejoins par contre sur le fait que les bons GA se distinguent facilement, par leurs envie, leurs intérêts pour le métier, les procédures, leurs curiosité et leurs DISPONIBILITÉS.

1 « J'aime »

Ce qui compte c’est les collègues et les chefs, que vous soyez 15 ou 50, le jeu étant que avant d’intégrer l’unité, tu n’en sauras pas plus sur l’ambiance qui y règne ( à moin de connaître quelq’un qui y est )

2 « J'aime »

Bien le bonsoir,
Je peux comprendre ton ressentis et il serait pas juste de dire que cette situation n’est que le fruit de ton imagination. Malheuresement et c’est bien vrais que tout dépend de l’unité sur laquelle tu tombe.
Or, partout ou tu iras, tu auras toujours du personnel qui te parlera mal, aura toujours quelque chose à te redire (je peux t’assurer que même quand tu es EG fraichement sortis d’école tu auras quand même ce ressentis).
Le pire c’est que beaucoup ont oubliés avoir débuté quelque part.

Je ne souhaites pas te conseiller de faire abstraction, de vivre avec car c’est des mots très facile à dire en revanche je te conseillerais (à moins que ce soit déjà le cas) de passer ton concours SOG premièrement.
Deuxièmement, appuis toi sur le personnel avec qui tu t’entends le plus souvent (tes camarades GA si tu en as car vous vivez les mêmes choses)
Puis surtout je me souviens d’une phrase qu’on nous avais sortis en école c’était « ce n’est pas parce que vous êtes GA qu’on ne vous doit pas le respect et qu’on doit mal vous parler »
Bien évidement, il ne faut pas s’emporter à la première réflexion, mais si une telle situation perdure dans le temps, il ne faut pas hésiter à en parler au CB, CCB voir même auprès de la concertation.
En GAV, nous avons une situation ou tout notre temps est consacré à la gendarmerie (même les règles et la vie dans nos logements sont limités) donc il faut pouvoir continuer à travailler avec le sourire et surtout continuer à s’y sentir bien.

Bien évidement, tout cela est plus facile à dire qu’a faire mais nous devons tous préserver notre santé car sans les GA, y aurait sans doute plus de café le matin :wink:

2 « J'aime »

Effectivement, j’avais oublié ces cas là :slight_smile: après, des bourdes on en fait tous et j’en ferai encore.
Mais comme tu dis, question disponibilité…

1 « J'aime »

Trop de gav (ou même sous officier) aujourd’hui sont à la minute près, c’est assez triste.
Alors en soit, quand il n’y a aucune raison de devoir rester, j’ai envie de dire logique de rentrer chez soit.
Mais quand je vois certains camarades partir aussi vite que possible alors qu’un autre camarade prends la foudre…

1 « J'aime »

Bonjour,

Je tiens à te répondre car j’ai vécu ce mal-être en arrivent dans ma brigade.
Certains SO me regardaient de travers, me rabaissaient, Aucune ambiance, pas de cohésion. Je me suis demandé ce que je faisais la et si même j’allais y rester.

Au début je disais rien, j’ai laissé faire mais j’observais beaucoup autour de moi. En tant que GAV j’étais pas très bien vu et un jour j’ai pris la décision de m’affirmer et de ne pas me laisser marcher dessus.
J’ai commencé à dire ce que je pensais de cette mentalité, j’ai même fait ma lettre de démission en précisant que j’étais GAV pour apprendre le métier et non pour avoir du personnel qui me traite comme un chien ou comme leur serveur de café. Je me sentais vraiment pas bien dans le logement que j’occupe.
Ma dem a été refusé car on m’a demandé de réfléchir et de ne pas prendre une décision à la va vite.
Mais aujourd’hui on me voit différemment, on me dit souvent que je travaille comme un SO, on m’encourage, et je peux dire que les SO en font des boulettes mais je ne suis pas la pour balancer car tout le monde fait des erreurs et des remerciements j’en ai à la pelle.
Juste pour dire qu’il faut du temps pour s’intégrer dans ce nouveau métier et trouver sa place mais une fois trouvé c’est le top. Je m’entends super bien avec les adjudants aussi. La gendarmerie c’est ma deuxième famille.
Alors bas toi, affirmes toi même si c’est dur et crois moi ça paye.

Pleins de courage à toi.

5 « J'aime »

Je voulais également rajouter, que mon mal-être je l’avais également exposé sur ce groupe et j’ai eu la chance de lire des messages d’encouragements qui m’ont permis de prendre du recul, car finalement même si je n’étais pas bien ou j’étais, sur ce groupe je me suis senti moins seul et je suis sûr que c’est en parti grâce à ce groupe, aux gens qui ont pris le temps de me lire et de me répondre, qu’aujourd’hui je suis un peu plus épanoui.

Tiens bon et donnes des nouvelles.:wink:

Flo.

5 « J'aime »

Salut,
J’ai été GAV et je suis SOG désormais. Je rejoins pas mal de ce qui a été dit avant.
Il faut déjà montrer patte blanche au début, s’intéresser, apprendre à bien faire le boulot. Être celui qui est dispo pour aider.
Ceux qui te regardent un peu de haut te considèreront bien plus quand ils verront que toi, GAV, sera le seul à être resté l’aider sur une procédure ou une garde à vue entre 12h/14h ou jusqu’à 22h.
Et c’est notre rôle, quand on débute, d’aider les anciens !!
Et s’affirmer aussi, dans le respect. Faire des petites tâches pour aider, oui, mais être à la merci des SOG tous les jours, non.
L’expérience en GAV sera bénéfique +++ une fois SOG, tu arriveras justement bien plus armé en tant qu’EG.
Si ça se passe mal là où tu es, mutation, permutation… et surtout, dans tous les cas, vite passer le concours SOG :wink:

2 « J'aime »

Bonjour,
Tout comme toi j’ai été incorporée en mars 23.L’ambiance était plutôt plaisante au début jusqu’à ce que je me heurte à une hiérarchie sans considération.Tu as raison lorsque tu dis que les GAV sont de la chair à canon.
J’avais pour objectif de passer le concours de SOG.
Mais la réalité de l’ambiance et les remontrances inutiles et incessantes ont eu raison de mon engagement.J’ai même évoquée du harcèlement moral auprès de mes supérieurs qui n’a bien sure pas été pris en compte (planning changeant à 23h pour le lendemain,appel sans objet pendant mes perm,des journées d’affilée à l’accueil…on m’a même fait revenir de ma prépa sous off pour faire des photocopies et détruire des documents !!).

J’ai démissionné et je retourne à la vie civile en février.

Ça aurait pu être une belle aventure.
Bon courage à toi pour la suite.

3 « J'aime »

Je ne comprend pas cette attitude envers les GAV. On devrait les responsabiliser et leur donner l’envie d’évoluer dans l’institution mais c’est parfois tout le contraire. C’est vraiment dommage car c’est au final l’institution et les même qui en pâtissent derrière.

8 « J'aime »

Si on écoutait certains SOG, y a que eux qui valent quelque chose et le reste c’est de la daube. T’as toujours un vieux chibani pro shootage de plainte avec un IMC de tractopelle qui va faire de grandes leçons sur la tenue et l’image de la gendarmerie au GAV tout neuf, parce qu’il a un peu de boue sur ses grolles après une inter dans un champs, ou qu’il a pas magiquement le niveau d’un OPJ avec dix ans de boutique après 3 mois d’affectation dans l’unité. Et comme beaucoup l’ont dit, ça ne s’arrête pas aux GAV. Les EG et les monogalons ont aussi le droit à ce genre de comportement.

Le nombre de gendarmes qui oublient d’où ils viennent est assez affligeant. De façon générale, j’ai remarqué que les anciens GAV sont généralement les pires en la matière. J’ai vu des EG (anciennement GAV) encourager leurs camarades d’origine civile à apporter une très faible considération aux GA ou se montrer particulièrement intransigeant sur les moindres détails.

Après, on va pas se mentir, la valeur d’un GAV pour une brigade est relativement faible. Le statut d’APJA ne leur permet pas de faire grand chose et il y a malheureusement beaucoup trop d’expérience avec de mauvais GAV. Entre ceux qui découvrent le savon en unité, les glandos, les mecs supportent pas d’être commandés et les accros à l’action qui ne veulent pas prendre conscience de l’aspect procédural, on est servi.

Mais ça n’a rien à voir avec un aspect générationnel contrairement à ce que certains prétendent. Des mauvais gendarmes, il y en a eu tout le temps. Et comme d’autre l’ont dit, quelque soit le métier, y aura toujours des vieux pour raller sur la nouvelle génération et faire de leur aigreur personnelle un quelconque conflit générationnel.

C’est malheureusement une triste réalité et il faut faire avec. En général, tout nouveau gendarme (GAV ou SOG) devra faire ses preuves mais, à partir du moment où tu t’investis, on te donneras ta chance. Certains ont toutefois tendance à avoir une vision très spéciale de l’investissement et, franchement, c’est à voir au cas par cas.

6 « J'aime »